ESA Games, école consacrée au jeu vidéo

Première école supérieure consacrée au jeu vidéo implantée en Vaucluse, en 2016, ESA Games propose un cursus de 3 ans pour devenir Technical Game Artist 2D/3D, Technical Game Designer et Programmation, diplômes reconnus par l’Education Nationale. Une école pas comme les autres où les maîtres-mots sont créativité, tolérance, bienveillance et liberté. Tour d’horizon de cette pépite.

A l’origine était… Gilles Francescano, la ville de Carpentras, VPA et Alain Tascan  (« papa » d’Ubisoft Canada et directeur Monde de Fortnite)

Gilles Francescano est un illustrateur de renom (que les amateurs de science-fiction et fantasy connaissent bien puisqu’il a illustré nombre d’œuvres d’Ayerdhal, de Jean-Claude Dunyach et de Roland C. Wagner ou les traductions françaises de Robert E. Howard) qui fait partie de l’équipe organisatrice des Utopiales de Nantes, festival international de SF.
Il a toujours aimé partager, transmettre son art et dans un coin de sa tête, il avait un projet, un rêve : créer une école inclusive où les passionnés du Game design et programmation pourraient apprendre et en faire leur métier.

Un rêve qui va prendre vie, au détour de Kestulis, festival littéraire qui se déroulait à Carpentras, dont il était l’un des invités. Il parle de ce rêve, que vont très vite partager les organisateurs du festival, la municipalité, puis VPA. Tous vont tout mettre en œuvre, à leur échelon, pour que ce projet voie le jour ici, en Vaucluse, au pied du Mont Ventoux.
C’est chose faite en 2016. La belle histoire d’ESA Games commence, soutenue par Alain Tascan (« papa » d’Ubisoft Canada et directeur Monde de Fortnite), parrain de l’école depuis le 1er jour !

Gilles Francescano - ESA Game

Une école avec 2 formations complètes : Technical Game Artist 2D/3D, Technical Game Designer et Programmation

L’objectif est d’offrir un diplôme supérieur aux jeunes intéressés par la filière jeu vidéo avec un cursus pédagogique en trois ans, dont un an de tronc commun, durant lequel les étudiants vont toucher à toutes les matières et tout l’enseignement technique de l’école.

Du côté technique : la maîtrise des logiciels de création 2D en dessin ou en animation, de conception 3D, l’utilisation des moteurs de jeux pour intégrer les environnements.

Du côté Game design (scénarisation du jeu) : acquérir les bonnes connaissances en expression écrite avec des cours de culture générale et de culture vidéoludique afin de consolider le socle de connaissances des étudiants. Ces derniers sont complétés par des cours de langue (Anglais et Japonais) ainsi que des cours d’histoire de l’art, de dessin traditionnel (dessin académique et initiation à la couleur et à la composition), du Narrativ design et des cours de méthode (marketing, création des portfolios, méthode Agile…), ainsi que des cours de programmation et de développement.

Informations

Nouveauté 2021-2022

L’offre pédagogique s’est étoffée avec des cours d’animation 3D ainsi que des cours de dessin Manga destinés à la publication ou à l’animation

ESA Game

Le cursus

1ère année : un tronc commun à tous les étudiants, afin qu’ils puissent appréhender la large palette de compétences et spécialisations qui s’offre à eux. À l’issue de première année, l’étudiant choisit son cursus entre le Game Art et le Game design.

2ème année : les étudiants, en plus du cursus académique, sont en stage en entreprise un mois durant. L’objectif : les immerger dans le monde du travail avec la réalisation de projets professionnels pour des entreprises privées ou des collectivités.

3ème année : elle se partage entre la création du projet de fin d’études et le stage de quatre à six mois en entreprise spécialisée. Les étudiants partent alors dans différentes métropoles françaises (telles Paris, Montpellier, Nantes..) et à l’étranger (tels Amsterdam,

La cerise sur le gâteau durant la formation : les Masterclass avec les légendes et pointures du métier
Lorsque John Howe (illustrateur du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson) est venu rencontrer les étudiants et s’est assis avec eux pour corriger leurs croquis, qu’ Aleksi Briclot (Cartes Magic, Dontnod, Marvel) ou Mathias Verrhasselt (D.A d’overwatch, designer chez Space X) ont décrit leur parcours ou encore que Patrice Garcia (Arthur et les Minimoys et Valérian et les 1001 planètes de Luc Besson) est venu partager son expérience, les étoiles se sont illuminées dans les yeux des étudiants (dont beaucoup sont restés en contact avec les artistes) qui ont eu là une clé de compréhension et ont touché du doigt « le » but ultime…)

L’école accompagne donc les étudiants tout au long de leur formation, jusqu’a la veille de présentation du diplôme, qui est délivré après avoir défendu ses projets devant un jury exclusivement composé de professionnels de divers horizons (studios, éditeurs, commissaires d’expositions, artistes…).
Leur avenir professionnel les attend !

Une fierté : nombre d’étudiants sont embauchés avant même la remise du diplôme dans les entreprises où ils ont fait leur stage. Et bien que la formation soit centrée sur le jeu vidéo, les compétences acquises en création 3D, 2D ou programmation leur permettent aussi de partager leur savoir-faire en travaillant dans les agences de communication, création graphique, product design, développement informatique… Ou de créer leur propre studio.

Une école qui forme des professionnels de l’industrie du Gaming

mais aussi à l’inclusion et la bienveillance

Hors du cadre traditionnel qui veut qu’on intègre une école supérieure son baccalauréat en poche, ESA Games ouvre ses portes aux étudiants non-bacheliers. Une volonté de Gilles qui a œuvré en ce sens, car pour lui, la motivation et le talent sont aussi importants qu’une réussite au bac. Comme il aime à le dire, il accueille tous types de profils, du plus classique au plus atypique : bachelier, jeune HPI, lycéen en échec scolaire, ou jeune au parcours de vie compliqué, parfois confronté à des troubles du comportement (de jeunes autistes ont ici trouvé une vocation). Il s’agit plus de s’assurer que le postulant choisit la bonne orientation, qu’il parviendra au terme du cursus et de l’accompagner dans sa réalisation de Game artist/designer.
Un pari ? Sans aucun doute. Mais le but est ici de permettre au jeune créateur de trouver sa place dans la société avec ce qu’il peut lui apporter de plus beau : lui-même.

Alors, si vous êtes :
– Un jeune, bachelier ou pas, dont le rêve est de travailler dans l’univers du jeu vidéo
– Une entreprise qui a envie de soutenir une école unique qui forme les talents de demain
Poussez la porte d’ESA Games !